PEPR SPIN : les moments forts du lancement officiel

Le lundi 29 janvier, environ 250 participants se sont rassemblés à la Maison Minatec de Grenoble pour le lancement officiel du Programme de Recherche SPIN

Au cours de cette journée, des échanges intenses ont marqué la mise en contexte de la spintronique et la raison de la création de ce Programme de Recherche.

D’autres discussions captivantes ont approfondi les enjeux, tant sur le plan industriel que sociétal. Prenons l’un des points saillants, énoncé durant les premières minutes par le directeur de programme Lucian Prejbeanu, qui souligne que le monde numérique d’aujourd’hui consomme une quantité considérable d’énergie. Reprenons l’exemple de l’Intelligence Artificielle qui a été cité. Bien que les chiffres fassent l’objet de discussions, l’apprentissage de Google Palm (une technologie similaire à Chat GPT-4) s’élève à 3,5 gigawattheures. Cette valeur peut être mise en perspective en la comparant à la consommation énergétique d’un cerveau humain sur une période de 20 000 ans. (Pour accéder à la suite et visionner les autres présentations vidéo, descendez plus bas dans l’article ou cliquez ici).

La journée a donc été marquée par la présence d’intervenants de renom. Le partage de leurs connaissances et de leurs expériences a véritablement enrichi les discussions, conférant une valeur exceptionnelle à cette journée inoubliable :

  • Albert Fert, prix Nobel de Physique 2007
  • Gabriele Fioni, Recteur de l’Académie de Lyon et délégué à l’enseignement supérieur à la recherche et à l’innovation
  • Marko Erman, CSO Thales
  • Bernard Dieny, Spintec
  • Jeff Childress, Technology Fellow, Allegro MicroSystems
  • Jean René Lequepeys, CTO LETI, CEA
  • Isabelle Sagnes, Directrice de Recherche au CNRS et Directrice PEPR Électronique
  • Victoire de Margerie, VP World Material Forum
  • Dafiné Ravelosona, CEO Spin Ion

Trois thèmes majeurs ont été abordés lors d’une session table ronde

Au fil de la journée, une table ronde a été consacrée à l’exploration de trois thèmes spécifiques, animée par Louis Hutin (LETI). Pendant une période de 45 minutes, les intervenants sur scène ont eu l’opportunité d’exprimer leurs points de vue sur les défis de la spintronique. Voici un aperçu de leurs réponses :

Thème 1 : Technologies spintroniques commerciales
Quelle place occupe la spintronique dans les applications commerciales ? Quels sont les avantages pour le client et pour les entreprises qui la déploient ?

La réponse de Jeff Childress, Technology Fellow, Allegro MicroSystems – « La spintronique occupe une place très importante dans la technologie, tous les disques durs actuels produits depuis 1998 intègrent la spintronique. C’est quelque chose qui a contribué à la croissance de l’ère numérique aujourd’hui. Les atouts incluent une sensibilité accrue, offrant ainsi plus de précision et de vitesse. L’autre avantage est sa flexibilité, comme on l’a vu dans tous les exemples, avec le nombre de nouvelles structures qui peuvent être créées. On peut écouter un client décrire ses besoins, partir d’une structure existante en spintronique et dire qu’on peut la modifier de telle ou telle manière pour atteindre une performance qui conviendrait aux applications. Ce sont des multitudes de phénomènes et de structures physiques fabriquées qui, ensemble, forment une application. Le troisième atout est la faible consommation, ce qui permet des structures compactes »

La réponse de Marko Erman, CSO Thales – « Si je vous raconte aujourd’hui ce que fait une société comme Thales, on fait une chose assez simple. On offre aux clients la possibilité de comprendre l’environnement et de prendre les bonnes décisions. On fournit des systèmes qui sont à base de capteurs et des systèmes de traitement. Alors les capteurs sont complètement différents dans la défense par rapport à une protection périmétrique d’une gare ou des Jeux Olympiques, mais les fonctionnalités sont les mêmes. Tout ça, dans beaucoup de domaines que je cite, sont des domaines de souveraineté ou d’autonomie stratégique comme il est de bonne guerre de dire ça en Europe. Autrement dit, on doit avoir un certain contrôle de la chaîne d’approvisionnement. Avec ce panorama, on a une constance et un besoin d’être extrêmement à l’affût de toute rupture qui peut émerger, soit dans le domaine des capteurs soit dans les domaines des calculs, soit les deux. Et beaucoup de nos équipements sont embarqués et donc évidemment, ils doivent être petits, légers, consommant peu. Donc vous avez reconnu le coupable qui est la spintronique, présente pour nous rendre la vie meilleure ».

Thème 2 : Prochaines générations de composants/systèmes
Quelles sont les répercussions de notre usage du numérique avec les prochaines générations de composants/systèmes ?

La réponse de Jean René Lequepeys, CTO LETI, CEA – « Le coût des mouvements des données dans une architecture. Donc aujourd’hui, vous prenez une donnée dans une mémoire et on la met dans une unité de calcul, vous la calculez et vous la ramenez dans l’unité de stockage, environ 90% de la consommation, c’est du mouvement des données. Donc effectivement, tout ce qui peut éviter le mouvement des données va dans le bon sens de la frugalité. On peut mettre les mémoires au plus proche des unités de calcul, on peut faire le calcul dans la mémoire, on peut utiliser une approche spintronique dans lesquelles les interactions entre transistors et éléments de mémoire peuvent être complètement revus et repensés »

Thème 3 : Stratégie recherche et industrialisation
Comment articuler les liens entre les communautés de recherche ? Comment mettre en œuvre la synergie entre les entreprises et les organismes de recherche ?

La réponse de Victoire de Margerie, VP World Material Forum – « Je vais prendre l’exemple du développement des voitures électriques avec l’objectif 2035. Qu’est-ce que cela demande ? Cela demande à tout le monde de travailler sur toute la Supply Chain. Des gens qui font des voitures, des gens qui produisent des batteries, des gens qui fournissent des matériaux critiques, et in fine, des gens qui recycleront des batteries (quand nous en aurons suffisamment pour le recyclage, car pour l’instant, nous n’en avons pas assez pour effectuer des tests). Et on voit que nécessité faisant loi, puisqu’en 2035, il ne sera plus possible de vendre des voitures sans propulsion électrique, tout le monde s’est mis à travailler ensemble pour trouver des solutions ».

La réponse d’Isabelle Sagnes, Directrice de Recherche au CNRS et Directrice PEPR Électronique – « Ce qui est important, c’est que la recherche existe. Ces PEPR ont été de superbes opportunités pour rationaliser en France, pour travailler tous ensemble. C’est quand même pas mal d’avoir eu cette innovation au niveau de la recherche avec les PEPR stratégiques et exploratoires. La spintronique, c’est super, mais il y a l’électronique dans son ensemble, il faut faire ces composants quel que soit le domaine. Je trouve que ça a été une véritable opportunité qu’on arrive à se rassembler tous et qu’on arrive d’un point de vue académique à pouvoir maintenir cette chaîne de valeur, qui va de la recherche fondamentale à la recherche appliquée. Ce n’est pas évident en France de maintenir toutes ces infrastructures dans lesquelles vous fabriquez les composants rapidement pour faire une démonstration de concept. Donc pour moi, c’est un succès d’avoir réussi à aller de l’amont à l’aval, que l’on maintienne les infrastructures de recherche pour essayer de faire des démonstrations de composants rapidement et très facilement ».

Les allocutions officielles ont marqué le lancement du Programme de Recherche SPIN

En fin d’après-midi, Anne-Isabelle Etienvre, Directrice de la Recherche Fondamentale au CEA, et Alain Schuhl, Directeur Général Délégué à la Science du CNRS, ont réaffirmé leur engagement envers l’innovation lors des allocutions officielles.

Gabriele Fioni, Recteur, délégué pour l’enseignement supérieur, la recherche et l’innovation a clôturé l’événement, en partageant les mots de la Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Sylvie Retailleau, qui malheureusement, n’a pas pu être présente.

Pour finir cette journée en beauté, un cocktail au Musée de Grenoble

Afin de célébrer le lancement, les participants ont poursuivi les discussions autour de la spintronique lors d’un moment convivial au Musée de Grenoble.

Un sincère applaudissement aux directeurs de programme Lucian Prejbeanu et Vincent Cros ainsi qu’aux contributeurs, offrant à l’ensemble des participants une journée des plus enrichissantes.


Retrouvez les présentations et allocutions officielles en vidéos
  1. Pourquoi un PEPR Exploratoire SPIN ? par Vincent Cros et Lucian Prejbeanu
  2. « SPINS! » par le professeur Albert Fert
  3. Présentation du contexte de la spintronique par Bernard Dieny
  4. Allocution officielle par Anne-Isabelle Etienvre
  5. Allocution officielle par Alain Schuhl

Revivez les temps forts du lancement officiel du PEPR SPIN en images.

Crédits : Pierre Jayet


Interview News Tank de Lucian Prejbeanu et Vincent Cros

« Bien que la spintronique soit une thématique de recherche récente, il y a rapidement eu des ponts entre découvertes fondamentales et des applications importantes dans le domaine des capteurs de champs par exemple… »